Éviter, réduire et compenser les impacts

Une étude d’impact environnemental et social est un processus mis en œuvre dès le début de la conception d’un projet industriel. Pour Montagne d’Or, elle a été lancée en 2014 afin de faire un état des lieux du milieu naturel et d’identifier les conséquences potentielles du projet sur ce milieu et sur les populations. Cette étude définit également les mesures de correction requises pour atténuer les impacts négatifs et renforcer les impacts positifs selon les principes Éviter-Réduire-Compenser (ERC).

Pour les impacts sur la biodiversité, les mesures font l’objet de concertation lors d’ateliers de travail qui réunissent la Direction de l’Environnement, de l’Aménagement et du Logement de la Guyane (DEAL), l’Office National des Forêts (ONF), la Collectivité Territoriale de Guyane (CTG), le Conseil Scientifique Régional du Patrimoine Naturel (CSRPN) et des bureaux d’études.

Le troisième atelier de concertation sur les mesures pour éviter, réduire et compenser les impacts du projet Montagne d’Or sur la biodiversité, s’est tenu toute la journée du 31 mai dernier. L’objectif principal était de mener une réflexion collective sur des solutions de compensation adaptées au projet, pour limiter le plus possible ses impacts et qui soient acceptables par les parties prenantes.

Deux ateliers ont déjà été organisés en juillet 2016 et en février 2017 et un quatrième est prévu avant fin 2017.

Au quatrième trimestre 2017, l’étude d’impact environnemental et social, le plan de gestion et le programme de suivi associés et le plan de fermeture et de réhabilitation de la mine seront déposés auprès des services de l’État, pour instruction.