Localisation et histoire

Emplacement des futures installations minières – Montagne d’Or

Lieu d’implantation du projet

La concession minière dite de « Montagne d’Or », d’une superficie de 15,24 km², se situe dans le secteur de Paul Isnard, sur le territoire de la commune de Saint-Laurent du Maroni, dans l’Ouest guyanais. La surface des infrastructures minières sera de 8 km². Le gisement est situé dans une zone autorisée sous conditions du Schéma départemental d’orientation minière de la Guyane (SDOM). Il s’agit du document public de référence, approuvé en décembre 2011 après concertation et qui encadre le développement de l’activité minière en Guyane.

Le site est accessible :

  • par voie aérienne, en 1 heure depuis Cayenne. Une piste d’atterrissage pour petits avions et hélicoptères existe déjà au camp d’exploration Citron;
  • par voie terrestre, sur une piste forestière de 125 km au sud de Saint-Laurent du Maroni.

 

Piste de Paul Isnard de 125 km entre Saint-Laurent et le camp d’exploration Citron

Les caractéristiques du lieu d’implantation sont les suivantes :

  • l’éloignement des lieux d’habitation. En effet, aucune population permanente ne réside aujourd’hui le long de la piste d’accès à partir du km 20 et autour du site minier, à l’exception d’un établissement touristique aux chutes Voltaire au km 65;
  • la situation en dehors du périmètre de deux parties de la Réserve biologique intégrale (RBI) de Lucifer Dékou-Dékou, formée de deux massifs disjoints;
  • la tradition d’une activité d’exploitation minière depuis 140 ans. Sur le site de la future mine, plus de la moitié du milieu naturel est ainsi constituée de forêt dégradée et secondaire, de friches, de brousses et d’anciens bassins d’exploitation alluvionnaire;
  • l’existence de sites d’orpaillage illégaux. Depuis une vingtaine d’années, des sites d’orpaillage illégal sont en activité dans la région. Comme ailleurs en Guyane, les conséquences associées à ces pratiques illégales sont considérables : la destruction massive de la forêt, l’utilisation du mercure, la pollution des sols aux hydrocarbures, la destruction et la pollution de criques, la précarité des conditions de travail, la criminalité et la violence associée.

Au contraire, le projet Montagne d’Or s’inscrit dans une approche socio-économique et environnementale responsable, dans le cadre de la réglementation française et européenne.

Un site exploité depuis 140 ans

La tradition minière du secteur de Paul Isnard d’une superficie de plusieurs centaines de kilomètres carrés, commence en 1873, avec la découverte de l’or alluvionnaire dans la région. Les premiers travaux d’exploitation sont menés sous la direction de Paul Isnard, qui construit le village minier auquel il donne son nom.

Plusieurs études sont ensuite menées, initialement par le Bureau Minier Guyanais (BMG), puis de 1975 à 1995 par le Bureau de Recherches Géologiques et Minières (BRGM), dans le cadre de l’inventaire minier de la Guyane. C’est en 1976 que sont repérées les premières anomalies de géochimie sol en or sur le secteur de Montagne d’Or, confirmées par la suite en 1986.

Dix ans plus tard, les forages de Guyanor de 1996 à 1998 permettent de démontrer l’existence d’un gisement d’or primaire sur le secteur dit de « Montagne d’Or ».

De 1986 à 1997, la Sotrapmag exploite l’or alluvionnaire dans tout le secteur. La base vie est alors le village de Citron qui compte environ 150 personnes, avec une école et une infirmerie. Il devient l’actuel camp d’exploration Citron.

Depuis 1994, le site de Montagne d’Or a fait l’objet de travaux d’exploration par Guyanor (1994-1998 et 2001), et Golden Star (2007-2008).

Par la suite, les différentes campagnes nécessaires à la caractérisation du gisement en termes de dimensions et de teneur en or, sont financées à partir de 2011 par Columbus Gold Corporation, puis par Norgold, en partenariat avec Columbus Gold, à partir de fin 2013. Les ressources estimées et l’évaluation économique préliminaire sur le gisement de Montagne d’Or, finalisée en juillet 2015, ont servi de base à la réalisation de l’étude de faisabilité bancaire publiée en avril 2017.

Entretemps, Sotrapmag, filiale à 100% de Columbus Gold depuis janvier 2013, a pris le nom de Compagnie Minière Montagne d’Or en juillet 2016.