Le gisement

Les gisements alluvionnaires

Ils sont issus de la désagrégation par altération des gisements primaires soumis aux précipitations très élevées du climat équatorial au cours de ces derniers milliers d’années. Ce sont ces gisements qui sont exploités actuellement en surface en Guyane et ont un contenu en or relativement limité. Le minerai est meuble et ne nécessite pas de broyage important.

Les gisements primaires

Ils se sont formés il y a environ 2 milliards d’années, par des sources hydrothermales dans des contextes volcaniques. L’or est souvent associé à d’autres métaux comme l’argent et le cuivre. La forme de ces gisements est souvent complexe, leur taille et leur teneur en or pouvant être très variables.

Actuellement, les gisements d’or sont exploités dans le monde avec des teneurs de quelques gramme d’or par tonne de roche. Partout, les gisements primaires sont beaucoup plus importants que les gisements alluvionnaires, mais ils ont peu été explorés en Guyane.

Les gisements primaires sont exploités en souterrain ou en surface. Dans le premier cas, il est nécessaire que le gisement soit plus riche en or pour compenser les coûts d’exploitation plus élevés.

Parmi les gisements primaires, on distingue les amas sulfurés et les filons. Les premiers se sont formés en association avec des volcans sous-marins, comme on en trouve actuellement dans le Pacifique. Montagne d’Or est un amas sulfuré de ce type. Ces gisements sont rares et souvent complexes. Les filons sont des failles remplies par des dépôts de minéraux. Ils se sont formés par des sources hydrothermales associées à la formation des montagnes. Ils sont souvent plus simples, plus petits et souvent plus riches en or que les amas.

Pour exploiter un gisement primaire, il est nécessaire d’extraire l’or de la roche dure et de broyer finement le minerai. Puis, on sépare l’or des autres minéraux et on le concentre afin de produire des lingots.

Le gisement de Montagne d’Or correspond à un gisement contenant 85 tonnes d’or exploitable, formé par des sources hydrothermales aux abords d’un ancien volcan sous-marin. La concentration en or est de 1,6 g/t, ce qui le situe dans la moyenne des gisements de ce type exploité à ciel ouvert, et notamment dans le Bouclier des Guyanes.