Réponse de Pierre Paris au courrier des lecteurs de France Guyane des 9 et 10 janvier 2018