Les emplois mobilisés | Montagne d'Or

Les emplois mobilisés

Les emplois actuels

La CMO emploie directement 26 salariés localement (au 1er janvier 2018), au siège social à Rémire-Montjoly, sur la base-vie Citron et à Saint-Laurent du Maroni.

Il faut également compter les nombreux emplois indirects liés aux activités sous-traitées d’exploration et d’études. Ces équipes sont mobilisées pour la conception du projet Montagne d’Or et plus   de cent cinquante entreprises sous-traitantes ont contribué à l’activité de la société sur des aspects aussi divers que l’étude d’impact, la réalisation de forage d’exploration ou la logistique d’approvisionnement en denrées alimentaires pour le camp Citron.

Les emplois mobilisés en phase de construction de 2,5 ans

Pendant la phase de pré-production, 200 emplois directs seront liés à la préparation de la fosse minière et 700 emplois indirects seront créés dans les secteurs du BTP, de la logistique, de l’énergie, de l’exploitation forestière et des services pendant 2,5 ans.

Les emplois en phase d’exploitation de 12 ans minimum

750 emplois directs

En phase d’exploitation, 750 emplois directs à temps complet sont prévus, pendant au moins 12 années, dont environ 650 créés directement par la CMO et une centaine chez les sous-traitants permanents (base-vie, usine d’émulsion, parc de carburant). Les emplois directs sont ceux créés directement par l’entreprise et ses sous-traitants permanents.
L’objectif est de recruter en priorité en Guyane et plus particulièrement dans le bassin d’emploi de la Communauté de Communes de l’Ouest guyanais (CCOG). En outre, le projet a pour ambition le respect de la parité dans l’attribution des postes afin de s’inscrire dans une démarche d’égalité homme / femme.

Le recrutement s’effectuera conformément à la législation du travail et dans le cadre de partenariats avec les acteurs de l’emploi, de la formation et de l’insertion.

  • Les emplois indirects recouvrent ceux qui sont confiés à d’autres opérateurs comme la logistique qui entoure le chantier, les fournitures de matériaux et de matériels pour le chantier, des contrats de services.

57 métiers proposés

Les emplois représentent un large éventail de 57 métiers. Des compétences variées sont recherchées, pour la production, l’usine de traitement, le suivi environnemental, les services administratifs et la gestion de la base-vie. Les postes seront accessibles à égalité pour les hommes et les femmes et seront ouverts à plusieurs niveaux de qualification : ouvriers, ouvriers qualifiés, techniciens supérieurs et cadres.

Le personnel de la mine sera réparti de la manière suivante :

  • L’activité minière représentera un total de 430 emplois et s’organisera autour des opérations sur le site d’extraction avec notamment des conducteurs d’engins (294 employés), mais aussi des opérateurs de services, d’entretien et de maintenance des engins, des services techniques d’ingénierie et de géologie ainsi que la direction des opérations ;
  • Le traitement du minerai dans l’usine emploiera 127 personnes, principalement pour le suivi des opérations, la maintenance, et pour le laboratoire d’analyse ;
    "/

    Poste de contrôle, un opérateur surveille le fonctionnement du matériel de l’usine

  • L’administration et les services généraux emploieront 193 employés, dont une partie sera gérée par des sous-traitants permanents. Ils travailleront à la base vie, notamment pour le logement et la restauration. Une cinquantaine d’employés assureront la sécurité du site. Les services généraux comprennent également les ressources humaines, la gestion des achats, l’informatique et les communications, les finances, l’environnement, la santé sécurité, la gestion des transports, etc.

3 000 emplois indirects et induits

Le retour d’expérience, suite à l’insertion du secteur spatial dans l’économie guyanaise, ainsi que les études menées par l’International Finance Corporation (IFC) dans le secteur minier, permettent d’évaluer à 3 000 le nombre d’emplois indirects et induits mobilisés en phase d’exploitation.
De petites entreprises et des prestataires de services seront sollicités, comme par exemple dans l’agriculture, l’élevage ou pour les prestations nécessaires à la réhabilitation progressive du site.

  • Les emplois induits concernent les revenus générés par ces emplois directs et indirects qui sont réintroduits dans l’économie par l’intermédiaire de la consommation, en général pour
    acheter une variété de biens et services (nourriture, vêtements, divertissements, logements, véhicules, etc.).