Retour sur le débat public: les risques et leur gestion

Question n° 190.

« La rentabilité du projet semble faible pour le secteur minier. Source : https://fr.wikipedia.org/wiki/Montagne_d%27or_(mine)…
. Il est donc possible que les actionnaires canadiens et russes arrêtent l’exploitation bien avant le terme prévu actuellement. Dans ce cas qu’est-il prévu pour la gestion des installations et la sécurité environnementale ? Dans tous les cas comment est assurée la fin de l’exploitation, y compris en cas de faillites des actionnaires actuels ? »

Réponse officielle de la maîtrise d’ouvrage:

« Bonjour,

Avec un chiffre d’affaires d’à peu près 3 Md€, un résultat de 634 M€ (après impôts), nous sommes à un taux moyen de rentabilité de 20 % c’est un taux moyen..

Pour compléter cette information, nous vous proposons ce tableau extrait d’une étude réalisée par le cabinet spécialisé Price Waterhouse Coopers. Ce sont des données qui illustrent les taux de profit des entreprises minières actuellement. C’est une information permet de situer, non pas une valeur absolue, mais une relativité de cette valeur dans un ensemble d’activité minière. Vous avez là, les 30 ou 40 plus grosses entreprises minières mondiales, qui ont affiché ces résultats.

Avec une rentabilité à 20%, le projet à une rentabilité dans la moyenne du secteur d’activité.

Comme toute activité subventionnée ou non-subventionnée, l’activité minière comporte des risques financiers. Conformément à la législation, des garanties financières seront constituées pour parer toute défaillance du maître d’ouvrage.

Tout au long du cycle de vie de la mine, les coûts de fermetures prévus dès les phases initiales du projet seront réévalués. A chaque phase décisionnelle, l’exploitant devra démontrer qu’il a mis en place les garanties financières suffisantes pour couvrir toutes les dépenses associées à la fermeture.

Avec le principe de réhabilitation progressive, la Compagnie Minière Montagne d’Or apporte des garanties supplémentaires en permettant de répartir ces coûts de fermeture et de réaménagement tout au long de la vie de la mine.

Un suivi post-exploitation sera mis en place sur une période de 30 ans afin de contrôler l’impact du projet et de son réaménagement sur 30 ans. »

https://participons.debatpublic.fr/processes/montagnedor/f/72/participations/636?fbclid=IwAR1zW4KuLNcjUl-bRpPuCbcayyWMB_pA-3uHDtNXXQDI8m1OeqNr9SJnYJE