Retour sur le débat public : la gestion des risques et de l’environnement. Question n° 72. « Je ne pense pas que les routes soient réellement conçues pour le transport des matières dangereuses : inondations fréquentes, routes en mauvais état, ponts fragiles, quelques fois avec une seule voie , même sur la N1, le pont de Saut Sabbat ne permet pas le passage des gros tonnages, passerez-vous par RD8 et RD9 au milieu des habitations ? Les routes ne sont pas couvertes en totalité par les réseaux de téléphonie, comment pensez-vous gérer une panne ou un accident pendant les transports ? »

Réponse de la maîtrise d’ouvrage: 

Bonjour,

 

Des camions transportant des matières dangereuses circulent déjà sur la RN1 entre Cayenne et Saint-Laurent-du-Maroni pour ravitailler les stations-services en carburant par exemple (essence, gasoil…). Les infrastructures routières sont donc dès aujourd’hui capables de faire passer des camions de transport de matière dangereuse. Cependant, le projet Montagne d’Or prévoit la réalisation d’une analyse multicritère sur le Transport des Marchandises Dangereuses (TMD), afin d’analyser les différentes trajectoires envisageables. Cette étude consiste en :

 

  • lister pour chacune des options de transport, les obligations et les contraintes ;
  • évaluer les options les unes par rapport aux autres pour sélectionner la plus pertinente, compte tenu des critères environnementaux, techniques, sociaux et santé/sécurité, pris en compte par la société.

Cette étude, en cours de réalisation, sera disponible dans un document appelé Étude de Danger (ED), regroupant toutes les analyses de risques lié à l’exploitation minière ainsi que l’explication du choix des réponses les plus adaptées. L’étude de danger, sera rendue publique lors de l’enquête publique accompagnant la demande d’autorisation de travaux minier.

Pour ce qui est des zones non couvertes par le réseau téléphonique, un certain nombre de kilomètres ne sont effectivement pas couvert par le réseau téléphonique mobile, à l’heure actuelle, entre Cayenne et Saint-Laurent et entre Saint-Laurent et le futur site minier. Pour le transport sur la voie publique, il existe des technologies pour les professionnels du transport tels que les balises GPS ou le suivi des camions par satellite, en temps réel, permettant de se passer du réseau téléphonique. De plus, la CMO prévoit d’installer des antennes relais
téléphoniques pour avoir une couverture réseau sur la route privée entre la croisée d’Apatou et le site minier.

https://participons.debatpublic.fr/processes/montagnedor/f/72/participations/330